logo



L'indépendance de l'Albanie

Dès le début du XIXème siècle, le déclin de l’Empire ottoman s’amorce avec, en 1830, le détachement de la Grèce et l’Algérie. La Grèce ayant proclamé son indépendance et l’Algérie étant passée sous l’occupation française. En 1878, c’est au tour de la Bosnie-Herzégovine de se séparér de l’Empire pour être annexée à l’Autriche-Hongrie. La même année, la Serbie et la Bulgarie déclarent leur indépendance. En 1881, une partie de la Tunisie devient colonie française et, en 1882, la Grande-Bretagne s’octroie l’Egypte.

De ce fait, l’Empire ottoman devient le vieil homme malade de l’Europe et les différents territoires anciennement envahis cherchent à s’émanciper en déclarant leur indépendance. C’est pourquoi, en 1878, l’élite intellectuelle albanaise fonde la Ligue de Prizren (Lidhja e Prizrenit) dans le but de réunir les Albanais des quatre sandjaks ottoman qui étaient Janinë, Shkodër, Manastir et le Kosovo. Assez vite, la ligue chasse les représentants de l’administration ottomane et les Albanais deviennent maîtres de leurs régions. Toutefois, ne possédant pas assez d’hommes à ses cotés, la Ligue de Prizren est rapidement battue, à Prizren et à Gjakovë, en 1881, et Abdyl Bey Frashëri, membre important de la ligue, est emprisonné.

La fondation de ce mouvement est également l’expression d’une volonté albanaise de prendre son destin en main et de ne plus être dépendante des grandes puissances de l’époque. En effet, lors du Protocole de Londres en 1877, l’autonomie est accordée à plusieurs nations de l’Empire ottoman dans les Balkans, mais pas à eux. En 1878, après le Traité de San Stefano, les pays voisins profitent pour prendre à l’Empire ottoman un grand nombre de terres albanaises. Le sud est donné à la Grèce, le Nord ouest au Monténégro et l’est à l’actuelle Macédoine, qui autrefois faisait partie de la Bulgarie. Sous la menace d’un démantèlement total du pays, le 28 novembre 1912, Ismail Qemali déclare l’indépendance de l’Albanie à Vlorë.

Lors du Traité de Londres en 1913, malgré les principes sur lesquels les nouvelles frontières devaient être formées, le Kosovo, qui était une terre albanaise, est donné à la Serbie. C’est donc près de la moitié de la population albanaise qui est séparée après le Traité de San Stefano en 1878 et le Traité de Londres en 1913 qui étaient d’avantages des Traités conclus dans le but de préserver les intérêts des grandes puissances de l’époque plutôt que d’organiser une paix durable. La preuve en est, la première guerre mondiale est déclarée peux de temps après ces différents « accords de paix ».

Finalement, les frontières actuelles de l’Albanie ne deviendront fixes qu’en 1920 après son adhésion à la Société des Nations.

  1. Flamur Kurteshi Répondre
    Desha së pari t'ju përgëzoj per ket faqe interneti në të cilën kombi shqiptar mund të gjej gjëra interesante dhe edukative rreth qështjës shqiptare. Mirëpo, më vjen keq kur shoh aq pak material të publikuar në këtë artikull rreth padrejtsive ndaj shqiptarëve dhe vështirësitë që patën këta për ta krijuar një shtet i cili asnjëher nuk perfaqeson kombin e tij. Kështu që do t'ipja një këshillë nese më lejohët e cila do t'ishte që autori të ushqej shkrimin e tij me informata më të detajuara dhe më të shumta. Për ta kryër ketë punë, le të shkoj të buroj në libra shqiptare ose tjera rreth kesaj qështje. Ju lutëm të mos më keqkuptoni : asnjëher nuk pohoj, dhe as që nuk është e drejt e imja, që nuk është lexuar rreth pavarsis shqiptare. Një libër qe do të preferoja, mandej të gjithë shqiptarëve, do t'ishte aj i Serge Métais "Histoire des Albanais" që të gjith ata që cilësojn vetën si shqiptarë, të nisin të njohin historinë e tyre, gjë që është fundamentale në krijimin dhe konsolidimin e identitetit kombëtar tek secili individ i ketij kombi. Ju falënderoj për vëmendje, ju pershendes, dhe rroft Shqipëria e madhe.

Leave a Reply

*

captcha *