logo



Elevée au rang de capitale de l’Albanie, le 9 février 1920, par le gouvernement provisoire à la suite du Congrès de Lushnje, Tirana acquiert définitivement ce statut lors de l’Assemblée Constituante en mars 1925.

De dix mille habitants environ elle passe alors à quelque deux-cent-cinquante-mille au début des années 1990 et à plus de huit-cent-mille aujourd’hui. Ce chiffre peut sembler étonnant, mais ce phénomène s’explique naturellement par l’exode massif des populations du nord et du sud de l’Albanie lors des nombreuses guerres, par l’installation des différentes institutions politiques et judiciaires du pays lorsque la ville devînt capitale, par l’attrait économique et culturel en comparaison à la campagne après la chute du communisme en 1991 et finalement par la croissance démographique qu’ont connue tous les pays entre le XXème et le XXIème siècle en raison de l’amélioration des conditions de vie.

Plus qu’auparavant, Tirana rencontre donc aujourd’hui quelques difficultés à gérer l’explosion démographique de ces vingt dernières années, mais reste incontestablement un lieu où il fait bon vivre pour ses habitants grâce à son tissu social et économique très diversifié et une destination touristique attrayante en raison de la richesse culturelle et historique qui nous est offerte.

A titre d’illustration, il y a aujourd’hui à Tirana quarante-cinq écoles primaires et autant d’écoles secondaires ainsi que cinq Universités publiques et près de dix privées. Nous pouvons ensuite également compter quelques dizaines de théâtres, opéras, musées et bibliothèques historiques, artistiques et de diverses autres spécialités, deux châteaux antiques (Petrelë et Prezë) ainsi que de nombreux monuments touristiques telles que la Mosquée Et’hem Bej (1798 – 1812) et la Tour de l’horloge haute de 35 mètres (1822).

 

Sources

Description of authors

Leave a Reply

*

captcha *