logo





 

Avec celui de Butrint, Apollonia d’Illyrie, communément appelé Apollonia, est l’un des plus importants parcs archéologiques d’Albanie. Il est administrativement rattaché au district et à la préfecture de Fier et se situe à cent-dix kilomètres de la capitale Tirana. A son apogée, cette ancienne cité aurait abrité plus de soixante-mille habitants et était à ce titre un important centre d’échanges commerciaux entre les différents peuples de la région.

Fondé entre la fin du VIIème et le début du VIème siècle avant J.C. par des colons venus de Corinthe, Apollonia se développa durant de nombreuses années sous l’autorité de l’aristocratie ainsi que des dynasties illyriennes et épirotes. Parmi elles, nous pouvons notamment citer Bardhyl Ier, Glauk et Mytil qui étaient des rois taulantiens ou alors Pyrrhus Ier roi des Molosses et d’Epire. Cependant, opposés à la reine Teuta (Reine des Ardiéiens « Ardian »), à la suite d’un contentieux, les romains débarquèrent en Illyrie en 229 avant J.C. et finirent par envahir Apollonia. Au fil des ans, avec la création de la Via Egnatia, la cité devint alors un haut lieu de commerce et de culture à tel point qu’Auguste, premier Empereur romain, y fera son éducation pendant quelques mois avant d’y mettre un terme lorsque son père adoptif, Jules César, fût assassiné le 15 mars de l’année 44 avant J.C. Notons également, qu’entre 350 et 330 avant J.C., pour témoigner de son pouvoir et de sa puissance financière, le roi taulantien Monun était le premier roi illyrien à produire sa propre monnaie. La fabrication de ces pièces continua sous le règne de sa descendance et un certain nombre d’entre elles ont été retrouvées un peu partout en Illyrie jusqu’aux frontières du Danube.

Au cours du IIIème siècle de notre ère, la région connu plusieurs tremblements de terre ayant causé le débordement du fleuve Vjosa. Ces catastrophes naturelles provoquèrent la chute d’Apollonia et les habitants abandonnèrent petit à petit la cité, qui restera probablement inhabitée jusqu’au XIIIème siècle lors de la construction du monastère de Sainte-Marie. Celui-ci se trouve à l’intérieur du parc et a été transformé, en 1985, en un musée qui abrite aujourd’hui certaines découvertes réalisées par les différentes missions archéologiques (autrichiennes, françaises, albanaises et soviétiques) tout au long du XXème et XXIème siècle.

Parmi les nombreux vestiges que vous pourrez observer au sein du parc il y a entre autres la bibliothèque, le bouleutérion, l’odéon, le temple de Diana, le Nymphée, l’acropole, l’obélisque d’Apollon, les fortifications de la ville ou l’agora. Pour compléter votre visite, vous avez ensuite la possibilité de vous rendre au Parc archéologique de Bylis qui se situe à environ quarante kilomètres de là ou alors au monastère d’ArdenicëGjergj Kastrioti se serait marié en avril 1451.

Rajoutons finalement, qu’en 1996, le gouvernement albanais discerna à Pierre Cabanes et à Léon Rey (à titre posthume) la Médaille « Naim Frashëri », qui est l’une des plus hautes distinctions du pays, pour leurs travaux archéologiques réalisés durant de nombreuses années à Apollonia.

 

 

Pour plus d’infos :

Revues

Sources

 
Description of authors

Leave a Reply

*

captcha *